Dans son avis du 5/10/21, le conseil scientifique met en garde sur « l’épidémie de bronchiolite qui pourrait être de grande ampleur compte tenu d’un déficit d’immunité collective acquise significatif pour les enfants nés après mars 2020. »
Dans ce contexte, les URPS MK souhaitent anticiper une éventuelle situation difficile en améliorant la diffusion des bonnes pratiques et en réaffirmant la nécessité de réseaux de
gardes respiratoires structurés et pérennes dans toutes les régions.

La prescription du traitement et le suivi en kinésithérapie respiratoire ne peuvent se résumer à une seule technique. La prise en charge en kinésithérapie comprend l’auscultation et la surveillance de l’évolution de la pathologie, une désobstruction nasopharyngée, une désobstruction pulmonaire lorsque nécessaire, l’éducation thérapeutique et un soutien de la famille du patient.

Permettant d’éviter le recours aux urgences, l’intégration du kinésithérapeute dans le parcours de soin atténue l’impact de l’épidémie de bronchiolite. Les URPS Masseurs-Kinésithérapeutes demandent le soutien des réseaux de garde sur tout le territoire et la diffusion large des bonnes pratiques qui intègrent pleinement les Masseur-Kinésithérapeutes Libéraux.